we're building a dynasty.
 

 :: RPG :: Ouest :: La forêt de pins Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Another day another song Ft Minho

avatar
Sandstorm
Survivant
Messages : 11
Race : Border Colie
Âge du personnage : 1 an
Taille & Poids : 51 cm pour 17 kg
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 21 Avr - 21:58
Il était tôt ce matin, quand Sandstorm était sortie se balader, ne supportant plus cette odeur de nourriture moisie, et de cadavre humain. Mais même si les effluves étaient dérangeantes, mieux valait trouver une maison qui tiendrait la nuit. Elle avait eu si peur, Sandstorm, geignant une bonne partie du sans-Soleil, attendant désespérément qu'il pointe le bout de sa truffe. Et maintenant que c'était fait, que ses yeux te réchauffaient agréablement le poil, tu étais allée te promener, laissant cette petite maison, presque de la taille d'une cabane.

Respirer l'air frais. C'était si agréable. Sentir le vent vous frôler, sentir le vent là où avant il y avait votre collier. Sentir ces petites proies grouillant sous le sol, se faufilant dans les hautes herbes, désormais plus coupées par l'Homme, qui savait faire tant de choses ... Mais pas survivre au Grand Grognement. Même pas capable de trouver une idée de repli, qu'ils étaient bêtes. Oui, elle a de la haine, la border, oui, elle meurt d'envie d'en choper un par la gorge, de le secouer jusqu'à tant qu'il ne respire plus. Mais le Grand Grognement s'en est chargé. Le Grand Grognement se charge de tout le monde.

Elle marchait nonchalamment dans les plaines, avant d'apercevoir une forêt. De l'ombre. Elle avait marché depuis l'aube, et le Chien-Soleil était haut dans le ciel. Si haut que son ombre était désormais sous elle, et que les quelques arbres n'étaient d'aucune utilité, et qu'il ne servait à rien de chercher refuge là où il n'y en avait pas. Heureuse, la chienne se mit à trotter, puis galopa, même, pressée de retrouver la fraîcheur des bois, bien que ceux-ci ne lui rappelaient pas de bons souvenirs. Mais le futur était plus important que le passé, alors il fallait bien qu'elle aille de l'avant, où on la retrouverait froide comme une tombe, morte sous le soleil de plomb.

Arrivée à destination, elle poussa un gémissement de contentement, puis s'allongea sur le sol dénué de feuilles, comme les arbres au-dessus étaient des pins. Il y avait quelques épines, certes, mais rien d'autre. La faim commençait à se faire sentir, mais la flemme l'emporta sur son ventre. Il pourrait bien attendre, après tout. Nullement soucieuse de ce qui se passait autour d'elle, la noiraude s'endormit d'une traite, simplement en fermant les yeux.

Mais un bruit de coussinets la réveilla.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Minho
Survivant
Messages : 49
Race : Berger Belge Malinois
Âge du personnage : 3 ans
Taille & Poids : 68 cm pour 38 kg
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 24 Avr - 22:35

Another day, another song.
PV. Sandstorm

Coup sur coup, il fallait qu’il maîtrise toujours tout. Du moins, c’est l’impression qu’il voulait se donner. C’est ce qu’il voulait ressentir. Ressentir ce contrôle sur les choses. Peut-être était-ce là la conséquence d’un manque qu’il avait eu durant toute la première partie de son existence. Cette existence passée à ramper comme un avorton. Depuis sa naissance jusqu’à ce qu’il se révolte une première fois. Il n’avait fait que de ramper, se soumettre à une autorité plus forte que la sienne. Il avait laissé sa gentillesse prendre le dessus sur son être, sur sa propre vie. Comment avait-il pu être aussi naïf ? Comment avait-il pu attendre autant de temps avant d’y mettre un poil plus de répondant ? Qui sait. Ça se trouve, tout cela serait arrivé bien avant. Peut-être qu’il se serait vu emmené à cette prison bien avant et que Terra Canis l’aurait relevée de sa fonction de prisonnier plus tôt également. Tant pis pour lui. Inutile de ressasser le passé, pas vrai ? Sifflant comme une vérité dans son esprit, Minho effaça sur l’instant, les quelques bribes de souvenirs qui remontaient de cet infructueux passé. Quand bien même il le voudrait, il ne pourrait revenir en arrière. Et il ne le voudrait pas pour tout l’or du monde. Il en avait suffisamment vu pour le reste de son existence. Ne restait de ce bref épisode de sa vie qu’une haine viscérale contre toute la race humaine. Il avait appris de son passé, c’est tout ce qui comptait. Le vécu n’apportait que des leçons pour le présent et le futur. Et c’est tout ce qui était bon à prendre là-dedans. Grommelant alors que le soleil venait titiller ses pupilles, le chien de berger ne se laissa pas pour autant ralentir dans sa cadence. Comme toujours, il s’imposait un rythme effréné de progression et il ne comptait pas ralentir avant d’avoir atteint son objectif.

Et s’il n’avait pas réellement endroit où aller, il avait aujourd’hui décidé de profiter du couvert des arbres. Le soleil battant son plein, la chaleur devenant accablante du côté est, il avait pris pour parti de rejoindre le versant ouest pour profiter d’un peu d’ombre. Et si l’envie de passer par la ville lui était apparue comme quelque chose de profondément désagréable, il avait finalement trouvé le réconfort de n’y trouver aucune trace d’humains. Et tant mieux. La perspective d’un monde sans deux-pattes le ravissait au plus haut point et en rencontrer de nouveau ne laisserait rien présager de bon. Pour lui comme pour eux. Ne s’inquiétant pas de ces choses-là alors qu’il jouissait pleinement de sa liberté et de leur absence, le malinois ne s’accorda une pause qu’une fois l’ombre des pins sur son dos. Ralentissant l’allure jusqu’à aller au pas, il ne prit pas la peine de montrer une once de discrétion. Après tout, il n’était pas en chasse. Et ce même s’il n’avait rien avalé depuis la veille. Si son estomac ne réclamait pas, il ne tuerait pas plus que nécessaire. Chasser lui demandait encore énormément de concentration et d’énergie, énergie qu’il économisait pour parcourir ce nouveau monde de fond en comble. Et s’il préférait de loin le côté frais et froid du Mont Sahale, il n’y trouvait que bien rarement des âmes qui vivent. Et pour le peu qu’elle soit accueillante, il n’y allait généralement pas de patte morte pour les avaler. Aussi impitoyable était le monde, il tentait toujours de se montrer le plus juste avec toute forme de vie. De la plus petite à la plus importunant, l’humain faisant néanmoins exception à la règle. Et s’il ne s’attendait pas à trouver une concubine canine en continuant sur ses pas, il n’allait pas se priver d’un peu de compagnie pour le peu qu’elle s’en montre digne. Posant les yeux sur la forme noire et blanche couchée sur le sol, Minho lui laissa le temps de bien capter sa présence avant de la saluer d’une voix neutre :

« Il n’est pas très prudent de s’assoupir au beau milieu de ces bois. Un être mal attentionné pourrait facilement s’en prendre à une si jeune demoiselle. »


©️ waize

_________________


Minho s'exprime en #003366
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sandstorm
Survivant
Messages : 11
Race : Border Colie
Âge du personnage : 1 an
Taille & Poids : 51 cm pour 17 kg
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 27 Avr - 20:05
Sandstorm hésita à replonger dans un sommeil profond, quitte à ne pas se réveiller, ou oser affronter celui qui se trouvait face à elle. Elle attendit un instant, puis voyant que l'autre ne semblait vouloir l'attaquer, elle ouvrit un œil, puis les deux. Avant de les refermer, le soleil, bien que légèrement caché, attaquant ses iris sombres. Puis elle força ses paupières à se maintenir béantes, avant de se redresser, cependant toujours couchée.

Elle étudia son compagnon de fortune, un malinois de robe feu se trouvait face à elle. Debout, il l'observait sans se soucier d'être malpoli, avant d'engager la discussion, d'une façon très particulière :
« Il n’est pas très prudent de s’assoupir au beau milieu de ces bois. Un être mal attentionné pourrait facilement s’en prendre à une si jeune demoiselle. »

La chienne fixa avec attention le cabot, ses yeux marrons ne quittant pas sa cible une seule fois. Rigolait-il ? Non. Il n'avait pas l'air d'être un rigolo, et son ton n'exprimait aucun sentiment de joie, ni de mensonge excessif. Mais elle ne comprenait pas. Nullement. Cet endroit était presque désert, comme tous les autres. C'était le premier animal canin qu'elle rencontrait depuis des jours et des jours, des jours vides et plats, des jours horribles à attendre. A attendre quoi ? A attendre qui ? Les humains, cause de beaucoup trop de malheurs. Les bipèdes, ces sacrés phénomènes qui se permettaient de les abandonner, alors qu'elle participait à des concours d'agility, alors qu'elle se battait pour eux, pour qu'ils la voient. C'était le seul qu'elle voyait, et il se permettait de la juger au premier regard, alors qu'elle avait toujours fait attention. C'était l'unique fois que la border collie relâchait pour quelques instants sa constante activité.

Cependant, il semblait sage, ce chien. Pas près à faire le genre de conneries qu'il venait de dire par exemple. Il ne paraissait pas sortir d'un mois sans les hommes, il était frais et avait l'air disponible à discuter. Sandstorm s'assit, et se lécha le coussinet, avant de reposer gracieusement sa patte. Puis, d'une voix sereine, elle répondit :
"Je vois. Mais n'as-tu pas remarqué que ces bois sont vides? Ne t'inquiète pas pour moi, je sais me défendre, j'ai quelques bases. Et il me semble que tu n'es en rien l'un des êtres mal attentionnés desquels tu parlais, pas vrai ?"

Puis, se déridant enfin, elle laissa échapper un sourire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Minho
Survivant
Messages : 49
Race : Berger Belge Malinois
Âge du personnage : 3 ans
Taille & Poids : 68 cm pour 38 kg
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 1 Mai - 19:30

Another day, another song.
PV. Sandstorm

Que faisait-elle coucher en plein milieu de la forêt de pins comme cela ? N’était-elle donc pas sur ses gardes ? N’avait-elle donc aucune notion du danger qui pouvait rôder ? Si ce n’est un autre cabot, il y eu des créatures parfois plus imposantes dans les coins, du moins, c’est ce que Minho avait entendu dire. Des créatures capables de couper un chien en deux d’un coup de mâchoire, ces mêmes créatures qui pouvaient parfois vivre dans les montagnes. Ces mêmes effroyables bêtes qui se dressaient sur leurs pattes arrières et qui faisait deux ou trois fois la taille d’un deux pattes. Leur corps entièrement recouvert d’une pelisse brune épaisse et rêche. Des ours, je crois. Enfin. Certains n’ont probablement pas l’esprit de survie. Certains jugent parfois un peu trop distraitement l’environnement dans lequel il évolue. Et peut-être bien que cette femelle bicolore faisait partie de ceux-là. Du moins, c’est ce que pouvait conclure n’importe quel imbécile à première vue. Et s’il était loin de se décrire comme le premier imbécile venu, il ne pouvait néanmoins ne se fier qu’à ce qu’il pouvait bien voir, du moins, pour le moment. Jeune demoiselle ? Si cela ne ressemblait pas franchement à la tournure de phrase coutumière du mâle, il n’avait rien trouvé d’autre à dire sur l’instant. Pouvait-il directement insinuer qu’elle était une simple chienne comme une autre ? Et puis, il ne pouvait tout simplement pas l’appeler par son prénom puisqu’il lui était inconnu. Qu’elle ne se berne pas d’illusion, il n’était pas le moins du monde en train de l’accoster pour quoi que ce soit. C’était plutôt l’appât de la compagnie, l’envie d’aider un peu son prochain, qui l’avait amené à s’approcher, rien de plus, rien de moins. Au fond, il n’espérait rien de cette entrevue comme il n’espérait jamais rien de personne. Inutile de se faire des idées sur ce qui pourraient se produire puisqu’il n’en saura pas réellement davantage.

Finalement, la femelle daigna lever les yeux et les poser sur Minho. Loin de se soucier réellement de ce regard qui parcourait l’entièreté de son corps, le malinois ne broncha pas. Après tout, il avait bien fait de même quelques secondes auparavant. Elle devait donc à présent se rendre compte de la différence de gabarit existante. Au-delà du simple dimorphisme dû au genre, il était bien mieux battit que beaucoup de chiens de berger et dépassait souvent de loin ceux noir et blanc comme celle-ci. Et quand bien même le gabarit lui faisait défaut, sa ténacité n’était probablement plus à démontrer. Il ne se laisserait plus faire par personne. Il se l’était promis en sortant de cette prison le jour du Grand-Grondement. Et il ne pouvait se débiner lorsque sa parole avait été donnée, c’était là un des rares principes de vie auquel il tenait réellement. Observant attentivement les faits et gestes de la chienne, Minho la vit s’asseoir, passer quelques coups de langue sous une de ses pattes avant de la reposer au sol. Ignorant totalement le but de la manœuvre, le belge n’y fit pas plus attention que cela, faisant passer cela pour un simple numéro de charme auquel il était parfaitement insensible. Et finalement, ses oreilles captèrent les quelques mots que la gamine lâcha avant de décrisper un peu ses babines en un sourire. Et si un brin de surprise vint envahir son esprit au moment où il capta les mots de la chienne, il n’en laissa rien paraître. Se pensait-elle réellement seule à errer dans ces bois ? Était-elle stupide à ce point ? Ou était-ce là toute l’inconscience de la jeunesse ? Ou bien peut-être qu’elle n’avait jamais que vécu au chevet de son doux maître et avait acquis une confiance un peu trop grande en elle pour défier ainsi un monde qu’elle ne connaissait probablement pas franchement ? Laissant un rictus discret éclaircir ses traits charbonnés, le mâle laissa de nouveau sa gueule s’entrouvrir, avec toujours ce même timbre détaché :

« Vide pour qui veut bien y croire. Si je l’avais été, je n’aurais pas perdu mon temps en bavardage, petite. »


©️ waize

HRPG:
 

_________________


Minho s'exprime en #003366
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sandstorm
Survivant
Messages : 11
Race : Border Colie
Âge du personnage : 1 an
Taille & Poids : 51 cm pour 17 kg
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 2 Mai - 20:16
Sandstorm sentait le regard inquisiteur de l'autre sur elle, regard qui ne la dérangeait nullement. Elle prit le temps d'observer la forêt de pins, et d'en imprimer tous les détails dans sa mémoire. L'effluve prenant des arbres emplissait sa truffe, odeur qu'elle appréciait assez particulièrement. La verdure protectrice, qui protégeait les deux chiens, laissait par endroits échapper un rayon de soleil. L'astre brillait en ce moment de toute sa force, et elle ne put que se féliciter de s'être bougée, et de ne pas être restée toute la journée dans la cabane dans laquelle elle avait trouvé refuge. De plus, son pelage noir attirait la chaleur, bien que des fois, cela en devenait insupportable.

Le malinois, qui lui recommandait d'être discrète, paraissait plutôt confiant, pour quelqu'un qui donnait des conseils. Cette pensée accentua le léger rictus que la border collie avait laissé figé sur son visage chaleureux. Pourquoi souhaitait-il aborder le monde avec aucune confiance ? Il valait mieux sourire à son prochain, et bavarder gaiement, plutôt que de prodiguer des avertissements, nullement respectés. Dans ce monde, la moindre des choses était de survivre, au risque de perdre des amis. Peut-être seulement était-il un chien intelligent et généreux, qui ne voulait qu'aider des autres, sans se soucier de lui ? Alors que la jeune s'interrogeait sur lui, il répondit, toujours aussi calme :
« Vide pour qui veut bien y croire. Si je l’avais été, je n’aurais pas perdu mon temps en bavardage, petite. »

Sandstorm secoua la tête. Elle ne voulait engager un débat sur les animaux rodant dans les bois. Il avait sûrement raison, son expérience devait être plus grande. Quelques prédateurs bien dangereux, bien plus que les chiens qui sautaient sur les premières gosses venues, devaient sûrement se terrer en attendant la nuit. Des renards, pourquoi pas une meute ? Ils étaient bien rusés et fourbes, et n'hésiteraient pas une seule seconde à la dévorer, s'ils se verraient en manque de nourriture. Non, le mâle avait raison, mais en ce moment même, ils étaient seuls dans cette forêt.

Elle voulait seulement discuter et apprendre à se connaître. Pourtant, elle avait une fierté qui l'empêchait de se résoudre à abandonner si vite la discussion. Quand il verrait de quel bois elle se tenait, peut-être détournerait-il le sujet sur des choses bien moins stressantes, et autrement, pourquoi pas, plus joyeuses ?
"Que vois-tu en ce moment, si ce n'est une mésange, et un papillon qui volent autour de nous ? Je trouverais un lieu sûr pour cette nuit, mais en pleine journée, ils n'attaquent pas. C'est ma mère-chien qui me l'a dit."

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Minho
Survivant
Messages : 49
Race : Berger Belge Malinois
Âge du personnage : 3 ans
Taille & Poids : 68 cm pour 38 kg
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 7 Mai - 22:25

Another day, another song.
PV. Sandstorm

Quelles que soient les motivations de la chienne, il n’allait probablement pas se laisser marcher sur les pattes. Dans sa gueule, c’était l’expérience qui parlait, bien plus que l’arrogance ou le côté borné que d’autres pouvaient avoir. Au final, qu’il ait raison ou tort, ne lui apportait que trop peu. Pour avoir suffisamment vécu, il savait juste pertinemment qu’il valait mieux faire attention. Les fois où, dans sa jeunesse, il n’en avait fait qu’à sa tête, il avait souvent été récompensé de la pire façon que ce soit. Et à cette pensée, comme si certaines plaies n’étaient pas totalement cicatrisées, comme si certaines marques ne s’étaient tout bonnement pas encore effacées avec le temps, son corps lui procura des points de douleur là où l’Homme avait si souvent frappé. Ses côtes, son crâne, ses pattes qui étaient parfois la cible, elles aussi, du courroux du Deux-pattes, le firent souffrir pendant une seconde. Mais cette seule seconde fit remonter un goût amer au fond de sa gueule, laissant les souvenirs d’un passé déchu parvenir à gagner du terrain sur ce qui se jouait actuellement. Et comme à chaque fois que cela se produisait. Comme chaque fois que ces épisodes tentaient de se jouer dans leur intégralité. Minho eut la patte et le coup suffisamment rapide pour ne pas en pâtir de trop. Réussissant à reprendre le dessus, il vira de son crâne toutes ses émotions contradictoires avec ce qui se passait actuellement, préférant se concentrer sur le moment donné plutôt que sur un ramassis de réminiscences qu’il tentait d’oublier. Et malgré la témérité, l’arrogance juvénile, de sa compagne d’un moment, il n’avait pas hésité à revenir sur le sujet, mettant les deux pattes dedans. Et s’il songeait au départ à une inconscience idiote de la situation, ce n’était qu’après-avoir entendu qu’une seule fois sa voix revenir sur le sujet.

Et pourtant, la noire et blanche ne tarda pas à revenir à l’assaut de ce même sujet. Têtue comme une mule, bornée comme jamais, Minho la compara un instant à ces stupides cabots qui recherchaient encore la compagnie des Deux-pattes. Et ce après-avoir été tout bêtement abandonné, parfois maltraité, comme il l’avait été. Tous ces chiens à la prison qui pleurait la compagnie des humains. Qui n’espéraient qu’une chose : retrouver un foyer et surtout un Deux-pattes. Certains étaient prêts à tout, quitte à passer pour méprisables et ridicules devant les autres. Quitte à geindre à la moindre ombre. A tenter le tout pour le tout en pourlechant les doigts et les mains qui passaient à travers les grilles. Certains répondaient même bêtement aux ordres que des crétins leur donnaient, sans plus de considération que ça pour eux, mais simplement pour assouvir une sorte de besoin de supériorité que le Belge présentait somptueusement chez bon nombre d’entre eux. D’ailleurs, c’est probablement en partie ce qui avait caractérisé son propre Deux-pattes. Celui qui de surcroît, n’avait aucune maîtrise de ses émotions et de ce qui ressemblait à de la colère. Minho méprisait ces chiens-là. Et ce malgré le besoin de contact qu’il avait. Et ce malgré son côté bienveillant et protecteur qu’il ne pouvait s’empêcher d’avoir envers ses congénères. Il ne fallait pas tenir un tel discours à ses oreilles, sous peine de passer du coq à l’âne en un rien de temps. Et s’il ne s’attendait probablement pas à la voir revenir encore sur ce sujet, ses oreilles faillirent se plaquer sur son crâne lorsque sa voix entama encore une déblatération à propos des dangers de ce lieu. Cette fois-ci, elle ponctua son discours de ce qui ressemblait à un souvenir d’enfance, faisant référence à sa mère-chien. Qu’avait-il gardé-lui de la sienne ? Pas grand-chose. Rejetant un moment cette pensée, le malinois se concentra sur la chienne, lâcha un soupir qu’il voulait visible pour la jeune et laissa finalement sa voix, un peu moins douce, sortir de sa gueule :

« Moque-toi tant que tu veux, à la rigueur, ce n’est pas spécialement mon problème, petite. »


©️ waize

_________________


Minho s'exprime en #003366
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sandstorm
Survivant
Messages : 11
Race : Border Colie
Âge du personnage : 1 an
Taille & Poids : 51 cm pour 17 kg
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 31 Mai - 20:52
Sandstorm eut un moment de faiblesse, et geignit doucement. Petite plainte qu'elle se hâta de faire disparaître, ne souhaitant pas de pitié de la part du malinois. Il ne lui paraissait pas du tout sur la même longueur d'onde, et s'exprimait toujours sans le moindre état d'âme. Pas de joie, certes pas de colère, mais aucune lueur gaie dans ses réponses. Chose qui agaçait la border, qui appréciait de se trouver face à des personnages qui reflétaient ses émotions. Histoire de savoir sur quel pied danser. Elle était énervée. L'autre la mettait dans tous ses états, mais pas à cause de ses muscles, ou de sa jolie couleur. Ses yeux brillaient d'un sombre éclat, quand il soupira longuement.
« Moque-toi tant que tu veux, à la rigueur, ce n’est pas spécialement mon problème, petite. »

Elle lâcha un pauvre sourire. Bon, au moins il avait percé l'ironie dans sa voix, c'est qu'il était intelligent. Enfin, si, ça se voyait qu'il était quand même pas bête, avec ce qu'il rétorquait. Un imbécile serait sorti de ses gonds et l'aurait peut-être mordu, voire tourné le dos, agacé par une jeunette qui était plus têtue qu'une mule. Pourtant, son habituelle gaieté fut gâchée par la soif qui lui tenaillait la gorge. Sa langue s'asséchait et ses lèvres étaient craquelées. Elle leva les yeux au ciel et regarda avec attention l'horizon pâle derrière les épais feuillages. Aucun nuage blanc ne venait troubler la bleue monotonie, et déjà il faisait chaud. La journée n'allait donc pas être très réconfortante si elle ne trouvait pas de l'eau dans les heures qui suivaient.

Finalement, elle mit sa fierté de côté, sa survie important plus à son goût. Elle ne pourrait plus être fière, froide comme du marbre, muette comme une tombe, dure comme la pierre, grise comme les trottoirs, après tout ! Et ce serait bien dommage, elle avait tant de choses à faire, pendant sa vie. Elle ne faisait que de commencer son existence, et espérait réaliser pleins de trucs par la suite. Un an, c'était quoi dans une vie ? Et surtout cette année, elle en avait vécu des moments, des expériences ! La naissance, sa mère-chien, ses bipèdes, leur disparition, la survie ...
"Saurais-tu s'il y a de l'eau dans les parages ?"

Sandstorm se mit à haleter, découvrant une langue rose, qui laissa tomber une petite goutte de bave, bien rare. Elle espérait au plus profond de son cœur que ce chien qui était si sage, si compétent, à l'entendre, saurait la guider vers une source, un lac, un étang. Elle voulait y croire, voulait qu'il accepte de ne pas la laisser défunte. La chienne l'interrogea donc, souhaitant malgré leurs incompréhensions, découvrir cet animal, qui était bien plus agréable que la solitude, même si parfois, bah, c'était pas son meilleur ami :
"Et sinon, quel est ton nom ?"
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dog Dynasty :: RPG :: Ouest :: La forêt de pins-
Sauter vers: